Voici les points importants de ce Conseil.

Déclaration de politique communale

La Bourgmestre a présenté la Déclaration de politique communale 2018-2024.

Nous avons salué le point 1.3 relatif à la participation citoyenne et espérons que les actes seront à la hauteur des ambitions.

Pour le reste, nous avons constaté qu’il s’agissait en grande partie d’un copier-coller de la Déclaration de politique communale 2012-2018. Des intentions qui n’ont donc pas été suivies d’effet…

Par exemple :
– Finances : proposition de mettre en place un plan budgétaire pluriannuel, de créer une régie communale autonome, de créer des budgets participatifs, de réaliser des audits énergétiques des bâtiments communaux… ;
– Finances/ Développement économique : création d’une agence de développement local, mise en place d’une Commission consultative des commerçants et indépendants (nous avions déjà regretté en 2012 que ça n’ait pas encore été fait !) ;
– Mobilité (sujet primordial) : le chapitre est très peu ambitieux. L’unique nouveauté par rapport à 2012 est la « mise à l’étude d’une prime pour les VAE », qui nous semble potentiellement une fausse bonne idée. En effet, pour Ecolo, il ne s’agit pas de subsidier le vélo de loisir, mais de favoriser l’abandon de la voiture au profit du vélo en tant que mode de déplacement quotidien. Si cette mesure était mise en œuvre, il s’agirait d’y mettre des conditions strictes, telles la preuve de la remise d’une plaque de voiture à la DIV et l’absence de rachat de véhicule durant 3 ans, à l’instar de la mesure mise en place par les TEC. Nous regrettons également l’absence de soutien à l’autopartage, alors que le PS durant la campagne avait promis d’œuvrer à l’implantation d’une station de carsharing sur la commune. Enfin, « Relayer les demandes citoyennes en termes de transports en commun » nous semble faible, quand un lobbying fort de la commune est impératif dans ce domaine ;
– Les Prés de Tilff se retrouvent dans le point Tourisme et l’objectif nous semble bien vague : « la reconversion doit être suivie de près pour donner à ce site la meilleure destination possible » ;
– Pour l’aménagement du territoire, nous notons quelques points positifs (nouveau guide communal d’urbanisme) et des signes d’ouverture (vers les comités de quartier, par exemple), mais les intentions restent très floues.

Enfin, la conclusion nous semble très légère, et nous y notons l’absence d’allusion à la crise climatique, à la perte de biodiversité, à la montée du populisme…, toutes choses dont la commune doit s’occuper elle aussi.

Plan Urbain de Mobilité de l’Arrondissement de Liège (PUM)

Les 24 communes de l’arrondissement de Liège étaient appelées à rendre un avis sur le PUM pour le 21 février au plus tard. Un groupe de travail avait été mis sur pied par le Conseil communal, avec deux représentants de chaque parti, dans le but de lui proposer un texte.

Nous avons salué la mise en place de ce groupe, et la contribution active de ses membres. Cette opportunité de se prononcer autrement que simplement « pour » ou « contre » le PUM n’a pas été donnée dans toutes les communes.

Nous sommes convaincus par l’urgence du changement de paradigme au regard des enjeux en matière de réchauffement climatique et de perte de la biodiversité : l’utilisation de la voiture individuelle doit fortement diminuer au profit des transports en commun et de la mobilité douce. Les grands projets autoroutiers (tels la liaison Cerexhe-Heuseux-Beaufays ou la mise à 4 bandes du ring) ne devraient pas se trouver dans le plan, étant en totale contradiction avec ses objectifs.

Cependant, considérant que le PUM contient aussi des mesures ambitieuses pour la mobilité douce et les transports en commun, nous n’avons pas voulu « jeter le bébé avec l’eau du bain » et avons travaillé pour arriver à un texte commun qui reconnait les aspects positifs du PUM, exprime des demandes concrètes d’amélioration, notamment en ce qui concerne la commune, et marque son opposition « aux projets autoroutiers d’envergure qui ne seraient pas évalués au regard des préoccupations actuelles en terme de mobilité, d’aspects environnementaux et budgétaires tels que repris par le PUM (e.a. le réseau concentrique, page 164 du Rapport sur les Incidences Environnementales) ». Nous avons apprécié le travail effectué au sein du groupe et le considérons, bien que nous ne soyons pas satisfaits à 100% du texte proposé, comme un compromis honorable.

La liberté de vote étant de règle chez Ecolo, deux d’entre nous se sont néanmoins abstenus, considérant que la deuxième partie de la phrase relative à l’opposition aux nouvelles infrastructures autoroutières laissait une porte ouverte via de nouvelles évaluations, et craignant que le Gouvernement wallon, qui adoptera le PUM pour autant que la majorité des communes de l’agglomération urbaine représentant au moins les deux tiers de la population ait émis un avis favorable, ne retienne de l’avis rendu que le mot « favorable » sans prendre en compte les remarques conditionnant cet avis.

Le texte du groupe de travail adopté en remarque au vote du PUM par le Conseil communal.

Décision proposant d’abandonner les plastiques à usage unique

Nous avons voté pour cette proposition relative à :
– la sensibilisation du personnel communal et la mise en place de solutions alternatives ;
– l’insertion dans les cahiers des charges d’une clause prévoyant l’obligation pour tout soumissionnaire de privilégier au plastique une solution la plus durable, en lien avec sa production et sa durée de vie ;
– la mise en place de critères spécifiques d’attribution liés à cette protection de l’environnement.

Nous avons interrogé le Collège sur ses intentions en matière d’évènements organisés sur le territoire communal, tel que prévu dans la Déclaration de politique communale.

A cette occasion, nous avons rappelé la nécessité d’agir pour que l’interdiction des confettis avec une face brillante soit effectivement respectée lors du carnaval. Le Collège s’est engagé, via l’échevin du folklore, à faire en sorte que chaque groupe folklorique respecte l’interdiction (sous peine d’interdiction de défiler ou de sanction) et à s’informer sur la possibilité de recycler le stock des confettis restants.

Retransmission vidéo des séances du Conseil communal

Le groupe Ecolo avait déposé un point à l’ordre du jour relatif à la retransmission vidéo des séances du Conseil communal. En effet, si les séances du Conseil communal sont effectivement publiques, le public y est, sauf exception, très peu nombreux. Nous considérons important d’améliorer l’information des citoyens sur la façon dont les décisions politiques sont prises et dont la commune est gérée. Intéresser la population à la chose publique est un défi dans nos démocraties et il y a lieu d’utiliser les technologies disponibles pour atteindre cet objectif.

Nous avons donc proposé de permettre à la population de suivre les travaux du Conseil communal à distance via une retransmission vidéo en direct et en différé, comme c’est déjà le cas dans de nombreuses communes, petites ou grandes (Liège, Thimister-Clermont, Crisnée, Burdinne…). Notre projet mandatait le Collège de proposer au Conseil communal les modalités pratiques de mise en œuvre dans les six mois.

La bourgmestre nous a opposé une fin de non-recevoir au motif que cette retransmission était prévue dans la déclaration de politique communale (dont nous n’avons cependant eu connaissance qu’après le dépôt de notre point), qu’elle était prématurée et devait s’inscrire dans une réforme plus globale des moyens de communication de la commune. A notre proposition de tout de même se prononcer dès maintenant sur la décision de principe, en laissant même jusqu’à deux ans au Collège pour la mettre en œuvre, elle a préféré proposer le retrait du point, qui a été voté par la majorité, la plupart des conseillers du groupe Agora s’étant abstenus.

Divers

  • Subside UREBA exceptionnel (rénovation énergétique des bâtiments)
    Nous avons demandé au Collège s’il comptait solliciter ce subside. L’échevine de l’énergie a répondu que tant que l’audit énergétique des bâtiments n’avait pas été réalisé, ce n’était pas possible. Nous avons regretté que la Commune passe à nouveau à côté de subsides importants, en raison de son inaction durant les deux dernières mandatures relativement à l’audit énergétique de ses bâtiments.
  • Suppression des boites aux lettres communales
    Nous avons interrogé le Collège sur la suite éventuelle réservée par la Poste au courrier du Conseil communal s’opposant à la suppression de 13 boites aux lettres communales. Aucune réponse n’a été reçue, le Collège relancera.
  • Evènement pour les nouveaux Esneutois : respect du règlement général relatif à la protection des données (RGPD)
    Nous avons interpellé le Collège et l’Administration sur le respect du RGPD dans l’invitation à ce type d’évènements. Une vérification sera effectuée et la conseillère communale Christie MORREALE posera, en tant que députée régionale, une question parlementaire à ce sujet.
    Nous avons suggéré que des représentants de l’administration soient aussi présents à ces évènements, pas uniquement des représentants politiques.
  • Subside « C’est ma ruralité »
    Nous avons demandé au Collège s’il comptait déposer un projet dans le cadre des subsides « C’est ma ruralité » , spécifique aux communes (semi-)rurales (échéance le 15 mars). Il nous a été indiqué qu’une concertation avait eu lieu avec les comités de quartier et qu’outre les projets qui seront déposés par ceux-ci, la commune proposerait un projet spécifique, dont l’objet doit encore être défini.
  • Rocher de Fêchereux
    Un éboulement est survenu au niveau du rocher de Fêchereux le 11 février dernier. Nous avons interrogé l’échevin des travaux sur l’état d’avancement de l’expertise du rocher. Il nous a informés que le service de géologie de l’Université de Liège s’était rendu sur place le lendemain matin et que son rapport était attendu. Le SPW a également dépêché un géologue le lendemain matin, qui a recommandé de consulter quatre sociétés en vue de réaliser une expertise profonde, ce qui sera fait.
  • Exposition « Boule et Bill » à l’Escale
    Nous nous sommes enquis du prix de cette exposition (1850 euros) et avons fait part de notre questionnement sur le contenu de l’exposition.
  • Respect de l’interdiction de laisser tourner son moteur à l’arrêt (qui devient une infraction en Wallonie au 1er mars et s’inscrira dans le cadre du nouveau décret wallon sur la pollution atmosphérique liée à la circulation des voitures)
    Nous avons demandé d’assurer le respect de cette interdiction. La bourgmestre s’engage à demander s’il est possible de l’ajouter dans la liste des infractions que l’agent constatateur environnemental peut sanctionner. Nous avons également suggéré le placement de panneaux rappelant l’infraction sur les parkings des gares.
  • Contrôle des zones bleues (stationnement à durée limitée)
    Nous avons interrogé le Collège sur l’effet de l’intensification du contrôle du respect de la durée autorisée de stationnement dans ces zones. Il nous a été indiqué qu’un effet positif sur la rotation du stationnement avait été constaté par les commerçants.
Share This