Quelle politique sociale à Esneux ?

Plateforme électorale Esneux.Écolo.

Élections communales du 14 octobre 2012.

Renforcer les solidarités par une politique émancipatrice, cohérente et durable.

Publié le mardi 3 juillet 2012

1. La situation actuelle :

C’est au niveau local que se manifestent le plus durement les problèmes sociaux et que les politiques fédérales ont des effets directs sur les citoyens. C’est en effet dans les villes et les quartiers, les villages et les hameaux que se retrouvent ceux que l’âge, le handicap, la maladie, la perte d’un emploi, les circonstances familiales ou simplement la malchance peuvent pousser en marge de la société. De nombreuses personnes, jeunes ou âgées, isolées ou vivant en couple, sont ainsi exclues des circuits économiques, des activités culturelles ou de la vie sociale. De nombreuses personnes ne peuvent, par manque de moyens ou par absence d’offre, bénéficier d’un logement décent, d’un accueil de qualité pour leurs enfants ou d’une aide en cas de maladie.

2. La situation idéale :

Quelle politique sociale ? Les législations tendent à enfermer le CPAS dans un rôle strict d’insertion professionnelle. Ecolo veut

  • développer d’autres dimensions de l’action sociale (insertion sociale et citoyenne),
  • renforcer et respecter les collaborations avec les acteurs de terrain et le tissu associatif et tracer avec eux les lignes d’une politique cohérente, émancipatrice et durable.

La crise actuelle et ses effets obligent le CPAS à être toujours plus présent et inventif dans ses politiques.

3. Les actions à entreprendre :

Concrètement, le CPAS doit agir prioritairement sur l’action sociale dans la commune.

Comment ?

Le CPAS, en concertation avec les autres acteurs concernés, doit continuer de manière prioritaire à

  • réintégrer socialement des personnes en difficultés, y compris les personnes sans domicile fixe (SDF) ;
  • mener une action socioculturelle et sportive (en lien fiche Sport) en faveur des plus jeunes ;
  • mener une politique du logement qui réponde aux besoins d’une population de plus en plus en difficulté ;
  • mener une politique de maintien à domicile des personnes âgées, handicapées et des personnes précarisées ;
  • aider les ménages précarisés à accéder à l’énergie, notamment en les soutenant dans leurs efforts d’utilisation rationnelle de l’énergie.

Le CPAS doit mener des politiques sociales transversales et globales avec les autres échevinats et institutions.

Il doit être le pivot central de la solidarité et de l’action sociale au niveau communal, et rester attentif au fait que les questions environnementales peuvent aussi être des questions de justice sociale.

Comment ?

Le CPAS doit

  • informer, accompagner, aménager des espaces d’accueil, pour toutes les catégories de la population, et par exemple, mettre sur pied des ateliers participatifs et des « clés pour agir » ;
  • augmenter le lien social et la convivialité dans les quartiers et les villages. La solidarité, c’est aussi contribuer à rompre l’isolement de certains. Cela nécessite de travailler directement sur le lien social (le lien entre les citoyens), au niveau où il est le plus perceptible, soit à l’échelle des quartiers, dans les zones de vie, de travail et de loisirs du territoire communal. Concrètement, il s’agit de
  • mettre en place des processus participatifs de développement des quartiers ;
  • favoriser la mise en place de comités de quartiers, de maisons de quartiers ou de salles polyvalentes ;
  • encourager et soutenir les initiatives telles que les SELs (systèmes d’échanges locaux) et autres initiatives de solidarité et d’échange au sein d’un quartier ou d’une commune ;
  • encourager les initiatives de quartiers, par exemple les jardins et composts collectifs, les fêtes de voisins, etc.

A télécharger

Politique sociale
Document Word - 17 ko - ouvrir document