BIC 61. La Commune face au défi de l’Énergie

Le XXe siècle a été celui du gaspillage de l’énergie. Le XXIe siècle est celui du tarissement de certaines ressources (gaz, pétrole) et du réchauffement climatique (cf. les incendies à Moscou). La première urgence, évidente pour ECOLO, est de réduire la consommation. L’autre piste est de développer le renouvelable. Sur ces deux plans, la commune, qui devrait montrer l’exemple, reste complètement passive, au contraire de ses bâtiments.

Publié le mardi 21 septembre 2010

Au niveau de l’électricité, la mercantilisation du secteur de l’énergie a privé la commune d’un tarif préférentiel, et a rendu d’autant plus pressante l’évaluation de ses choix en termes de consommation électrique. Un fournisseur alternatif, vert, souvent d’ailleurs plus économique, nous semble une évidence, mais la commune préfère privilégier le nucléaire et le pétrole. Au niveau des économies d’électricité, la commune pourrait éteindre certaines ampoules de l’éclairage public. À part quelques sangliers et quelques chats, qui bénéficie réellement de l’éclairage au petit matin ? Et les chauffards qui parcourent notre village tard le soir ralentiraient peut-être s’il faisait plus noir.

La Wallonie met l’accent sur l’économie énergétique venant de l’isolation. Un audit de tous les bâtiments publics devrait donc être une priorité. Un bâtiment tel que le Hall Omnisport est un gouffre énergétique pour la commune et un inconfort pour ses usagers. Pourquoi la commune n’isole-t-elle pas mieux ses vieux bâtiments ?

Au niveau du développement des énergies renouvelables, Esneux devrait prendre exemple sur Sprimont, où un projet de constructions de 4 éoliennes est en route, et où les pouvoirs publics participent au capital de cette coopérative, ouverte aux citoyens de Sprimont. La sous-station de Fontin servira au transfert sur le réseau de l’ALE de toute la production d’électricité des éoliennes de Sprimont. À l’instar de la coopérative sprimontoise, d’autres coopératives sont possibles avec des capitaux privés et publics, mais aussi et surtout avec les citoyens, et permettraient de développer l’éolien et l’hydraulique, puisque l’Ourthe peut aussi servir à la production d’électricité.

En outre, le rendement des panneaux solaires a tellement augmenté que leur installation demeure rentable malgré le retrait des primes. Où sont donc les initiatives communales pour installer des panneaux sur les bâtiments communaux ?

Finalement, ECOLO a proposé en 2008 à la commune d’entrer dans la dynamique du Fonds de Réduction du Coût global de l’Énergie, qui permettrait aux revenus faibles et moyens de bénéficier de prêts à taux réduits pour réaliser des travaux en vue d’économiser l’énergie, tout en gardant intacts les droits aux différentes primes existantes. Aucun développement n’a suivi l’adoption de cette proposition, datant de juin 2009.

La commune éclaire la nuit et réchauffe l’hiver. Mais sans volonté ni audace politiques, notre futur sera noir et froid. Gérer le présent ne suffit plus : il faut investir dans l’avenir.