BIC 41. Jeunesse

Publié le lundi 12 septembre 2005

Gérer le présent et surtout préparer l’avenir.

Jeunes à part entière, adultes en devenir. Pris entre deux feux : l’urgence de goûter pleinement au printemps de la vie, avec créativité, passion, doutes et déchirements parfois, et l’exigence de répondre aux attentes d’une société complexe, ambiguë, dont il faudra bien demain assumer la responsabilité.

Nous avons une triple mission envers les jeunes : d’abord, assurer les conditions qui leur permettent de s’épanouir dans les années qu’ils vivent au présent, ensuite, garantir à tous un apprentissage optimal de l’autonomie, de la démocratie et du respect des autres et de soi-même, et, enfin, leur léguer un environnement (écologique et social) acceptable.

Au niveau communal, ces objectifs suggèrent les politiques suivantes :

  • L’information des jeunes (éducation aux médias, accès à Internet...).
  • L’intégration dans la vie collective, par la participation des jeunes dans les différentes associations (sportives, politiques, culturelles) et dans la vie communale. Signalons ici qu’il faut revitaliser sans politiser la Commission consultative de la jeunesse et développer le Conseil communal des jeunes. Notons que l’Échevinat de la culture a réservé un espace pour les adolescents dans la Maison des associations et de la culture, ainsi qu’une salle de lecture adaptée aux enfants.
  • Le soutien (entre autres logistique) aux associations de jeunes si elles sont fondées sur un projet éducatif véritable (cf. Jeunesse et écologie — née à Esneux— ECOLO-J).
  • Le développement des activités qui s’adressent aux jeunes défavorisés (La Teignouse).
  • Le renforcement de la solidarité entre générations dans le cadre de projets divers (école de devoirs, services d’entraide, animation d’ateliers, etc.) et entre jeunes valides et handicapés (Sport et handicap).
  • Le développement de comportements responsables : consommation citoyenne, mobilité responsable et utilisation des transports en commun, suivi du protocole de Kyoto au niveau communal.
  • Le droit à la fête : mise en place de transports en commun, accès aux salles communales pour l’organisation de soirées, la répétition de musique, etc.

Il faut modeler le présent pour qu’il accueille les jeunes, mais il faut aussi montrer que le futur est possible, face aux comportements irresponsables de certains de nos contemporains, qui érodent le tissu social, dégradent l’environnement et galvaudent notre patrimoine.

ÉCOLO vise surtout à préparer l’avenir : c’est parce que nous sommes alarmé(e)s en voyant les plaies qu’engendrent les politiques actuelles que nous nous engageons. La gestion du quotidien n’est pas un but en soi, mais bien la préparation du lendemain, et la solution aux nombreuses questions qui inquiètent la jeunesse.