Pesticides au Service des Travaux

Suis très fâché ! ;o))

Tu te souviendras, Léon, que lors d’un des nettoyages précédents du rond-point de Tilff, alors qu’il était envahi de liseron, nous avions eu quelques aimables échanges dont il ressortait que l’usage des pesticides est interdit sur les lieux publics, sauf exceptions dont il n’est pas question ici. Mais le dire aimablement ne semble pas très efficace puisque la saison suivante, le service des travaux rattaque ...

Publié le jeudi 7 avril 2011

à Léon (Martin, échevin de l’Environnement), à Madame Laurent (responsable du Service Environnement), à Madame Veillesse (responsable des constats d’infraction),

JPEG - 117.5 ko
Ce 4 avril 2011, l’herbe du rond-point est manifestement brûlée au désherbant total.

Il existe un Service de l’Environnement à Esneux. Je confie une copie du message à Madame Bénédicte Laurent, sa responsable, en lui demandant d’insister auprès de l’agent chargé des constats d’intervenir. Nous ne sommes pas dans une république des copains et il n’y a aucune raison de ne pas être rigoureux.

Sur le site communal, je trouve la page des sanctions adminstatives. J’ai donc mis Madame Veillesse en copie. Par la présente, je lui demande d’établir le constat. J’espère qu’elle saura ne pas se défiler. Que le service des Travaux réponde de ses infractions délibérées !

C’est d’autant plus idiot de la part du service des plantations que le personnel qui manipule ces produits est le premier à s’offrir des cancers. Bonne chance, après cela, pour se faire reconnaitre comme victime d’une maladie professionnelle. Mais il est vrai que celui qui donne l’ordre de pulvériser n’est pas celui qui exécute et déguste le petit parfum aigre des pesticides ...

Je sais : l’usage des pesticides par les pouvoirs publics ne représente que 2 % de notre consommation belge mais ces 2% sont encore trop ; ces produits sont facultatifs. De plus en plus de Communes sont d’ailleurs claires : elles ont banni simplement les pesticides. C’est un pas important pour notre société : on peut se passer de pesticide, totalement. Pour cela, effectivement, il faut apprendre à jardiner ... (les particuliers utilisent 37% de ces produits de confort ...)

Dans le cadre de la semaine sans pesticide, à Liège, ce 25 mars 2011, se tenait une conférence-débat sur le sujet. Le conférencier, Frédéric JOMAUX, est membre de l’administration de la Région. J’y étais le seul d’Esneux ... Du personnel de Liège y participait, de sa propre initiative et avec enthousiasme.

Léon, on se voit probablement le samedi 9 avril, au Saucy à 10h, pour le nettoyage des berges de l’Ourthe. Le service des plantations sera-t-il de la partie pour reprendre ses pesticides déversés sur les lieux publics et qui finissent dans la rivière et nos boissons ? (L’herbicide Atrazine, un "oestrogen like" se retrouve dans nos verres d’eau et les biberons de nos enfants. Il est grand responsable des cancers de la prostate. Avec 30% de chances d’en être frappé à 60 ans, tu es directement menacé. Je me doute que cette fois, ce n’est pas de l’Atrazine qui a été utilisé mais du Glyphosate sous le nom commercial de Round-up. Pas mieux...)

Benoît Dupret.

À ce jour, nous n’avons reçu de suivi de ce message, ni du service des sanctions administratives, ni du service de l’environnement, ni de l’échevin de l’environnement. Interpellé verbalement, le service des travaux invoquera vaguement l’écoulement du stock. L’argument ne vaut pas un penny parce que le stock doit être conservé et réservé aux allées des cimetières.

Tout de même, il nous est revenu que le service des plantations avait totalement banni les pesticides, même pour des invasives comme la Berce du Caucase. N’est-ce pas verser dans l’autre extrême ? La Berce du Caucase pourrait être éliminée d’une injection de Glyphosate dans le pied de la plante, à la seringue. Idem pour la Renouée du Japon. Le désherbeur thermique ne peut en venir à bout.