Mobilité et Travaux publics

Plateforme électorale Esneux. Ecolo.

Élections communales du 14 octobre 2012.

Esneux. Ecolo, c’est le dessein d’un avenir pour Esneux ; c’est la voie vers une prospérité réinventée.

Publié le mercredi 4 juillet 2012

1. Situation actuelle

Le nombre croissant de voitures et de camions provoque des problèmes considérables de santé, d’engorgement, de saturation du réseau routier, d’insécurité et d’inconfort dans les quartiers et les villages. Pour rappel, les communes sont responsables de l’aménagement de leur territoire, ce qui devrait leur permettre de privilégier les aménagements de voiries et d’espaces publics favorables aux modes durables et à la qualité de vie. Par ailleurs, des exclus de la mobilité restent isolés et privés d’accès à certains lieux de vie, équipements et activités au sein de la commune. C’est avant tout au niveau local que les effets de la dégradation de la qualité de la vie se marquent. En matière de mobilité, certains "points noirs" de notre Commune sont particulièrement identifiables, en voici quelques exemples :

  1. Aux heures de pointe : le goulot de Tilff ; l’accès aux 2 rives du pont d’Esneux et aux axes qui s’y raccordent ;
  2. Matin et soir, le transit des 160 élèves de l’école de Montfort ;
  3. Le vendredi, la saturation des accès au centre d’Esneux à cause du marché, et le mardi à Tilff, au moment de l’installation des échoppes ;
  4. La circulation piétonne à la "sauve-qui-peut" rue d’Avister à Hony, la dangerosité de la rue Fond du Moulin à Tilff, et la configuration de la rue de Dolembreux (haut) à Esneux sont trois exemples où le monopole automobile met en réel danger la mobilité des usagers dits "faibles". Et usagers faibles, nous le sommes tous, à un moment ou à un autre.

2. La situation idéale :

Au niveau de la mobilité, Ecolo donne la priorité aux modes de déplacement durables. Redessiner l’espace public, c’est augmenter sa qualité environnementale et permettre sa réappropriation par les usagers. Le réaménagement de l’avenue de la Station à Esneux jusqu’aux abords de la gare, de même à Tilff celui de l’avenue Laboulle jusqu’au nœud de la place du Saucy, sont 2 belles opportunités pour appliquer une stratégie permettant de renforcer la convivialité, la bonne coexistence entre les différents usagers et la sécurisation des plus vulnérables d’entre eux, et ce, en concertation avec les divers partenaires et usagers. Il est possible en effet de concevoir et d’affecter de l’espace aux transports en commun, aux vélos, aux piétons ou à la voiture, en circulation comme en stationnement, tout en gagnant en fluidité. Pour augmenter le partage et la convivialité des usagers, toutes les opportunités offertes par le code de la route seront valorisées : les zones 30 en sont un exemple. Des solutions innovantes et plus globales doivent être trouvées là où l’espace est réellement exigu.

3. Les actions à entreprendre :

Mobilité

  • S’appuyer sur le Plan Communal de Mobilité permettant une harmonisation au niveau de la commune en lien avec les liaisons des communes périphériques.
  • Valoriser et créer les infrastructures piétonnes (rues, places...), cyclistes (pistes ou bandes cyclables, chemins réservés, aires de stationnement aux gares, points d’arrêt principaux du TEC, maisons communales, centres sportifs, culturels) en garantissant les meilleures conditions de circulation des usagers dits "faibles" : les enfants, les ainés, les personnes à mobilité réduite.
  • Valoriser et créer des infrastructures protégées de parcage de vélos près des gares et arrêts TEC importants.
  • Organiser les abords des écoles en vue de favoriser l’accès à pied et à vélo.
  • Assurer la mobilité et l’autonomie des personnes les plus isolées par la mise sur pied - via la Commune ou le CPAS - de services de taxi social, de bus local, de minibus. Nous pensons à Avister, Fontin, Amostrennes ou encore Montfort.
  • En parallèle, soutenir et valoriser le développement du covoiturage comme par exemple le projet Covoit’STOP.
  • Organiser et aménager des emplacements permettant le covoiturage longue distance pour les travailleurs navetteurs.
  • Proposer l’étude de solutions durables pour piétons et cyclistes, dans la montée de Hony, pour la route vers Dolembreux, pour la route menant au CHU, pour les accès menant à l’école de Monfort, etc.
  • Partout où des réaménagements de voirie sont prévus, intégrer aussitôt un espace réservé aux cyclistes et aux piétons
  • Apporter une attention particulière à la nouvelle problématique de cohabitation entre les divers usagers du RAVeL : promeneurs et cyclistes (seuls ou en groupe), familles, enfants, animaux domestiques...
  • Amorcer la mise en place progressive d’un plan communal d’amélioration environnementale.

Travaux publics

  • Pour les services communaux et les marchés publics, les Cahiers des charges doivent contenir des clauses sociales et environnementales : matériaux écologiques, produits non polluants (nettoyage, parcs et jardins).
  • La commune doit faire la promotion des produits non polluants et doit stopper l’utilisation des pesticides chimiques dans l’entretien de ses espaces verts. Elle confiera au recyclage ses réserves des produits polluants.