Le Pont de Tilff

Le pont des cauchemars...

Publié le vendredi 20 juillet 2012

Le pont à l’identique, la rocade, le pont Levêque, le tunnel, le pont à l’identique+, le pont-passerelle… Finirons-nous par oublier la saga du pont des cauchemars à Tilff ?

Il pourrait aussi s’appeler le pont de 2 mandatures, à peu de chose près ! En effet, il aura fallu 11 ans pour qu’enfin, on entende et reconnaisse la voix des citoyens.

Onze années pour parer à l’urgence d’un pont en fin de vie, pour élaborer des projets, imaginer creuser la colline ou creuser un tunnel sous le rail pour, in fine, reprendre un projet dans le fond du carton et l’actualiser.

Onze années pour élaborer des études d’incidences. Une première (env. 62000 €) rendue publique, une seconde (env. 83000€) inavouable et restée secrète. Celle-ci a été reconvertie en troisième étude. Nous avons hâte de la découvrir...

Onze années pour constater qui, de nos mandataires locaux, pouvait tourner et retourner sa veste, de même pour juger de l’(in)efficacité de plusieurs ministres à la tête des Travaux publics.

Onze années d’attente, qui cumulent six années de location d’un pont provisoire, de quoi dépenser une enveloppe colossale des finances publiques : démontage compris, on frise les 2.700.000,00 € (soit 109 millions de nos anciens FB).

JPEG - 137.5 ko
Le pont provisoire de Tilff

Onze années pour asphyxier le centre de Tilff aux heures de pointe, pour renforcer la pollution, pour incommoder les riverains, pour faire perdre des heures et des heures aux utilisateurs de la voirie publique.

Aujourd’hui, Écolo insiste pour que l’étude d’incidences établie par un service public, dans le cadre d’un chantier public, en vue d’une procédure d’enquête publique et financée par les pouvoirs publics, sur base des deniers publics, soit rapidement rendue publique.

Écolo se prononcera après avoir pris connaissance de l’étude d’incidences qui mettra en lumière la faisabilité et le succès soit du pont-passerelle soit du tunnel. À cet égard, outre l’aspect urbanistique, notre attention se portera particulièrement sur les questions de sécurité pour l’ensemble des usagers et des riverains de la nouvelle infrastructure et de ses abords (gare, parc, etc.)

Avec l’insistance d’Écolo-Esneux, qui n’a jamais changé ni de position ni de direction dans cette affaire, tant au niveau local que fédéral, nous nous réjouissons que les citoyens aient été vraiment entendus : le pire des projets, la rocade, étant définitivement écarté, l’urbanisme du village ne sera pas saccagé.

Rendez-vous donc à la lecture de l’étude d’incidences, pour connaitre enfin le projet qui balaiera définitivement le pont des cauchemars...