Ecolo vote contre la rocade approuvée par la majorité PS-MR.

Remplacement du pont de Tilff au menu du Conseil communal 29 janvier 2009. Le spectacle offert par la majorité PS-MR au public, venu nombreux, s’est révélé affligeant. La Bourgmestre, semblant abandonnée à son sort tant par ses partenaires politiques que par les membres de son propre parti, a tenté en vain de justifier l’injustifiable : le vote d’une convention liant la Commune à Infrabel et au SPW (anciennement MET) sur le remplacement du pont de Tilff par une Rocade ter.

Publié le dimanche 31 janvier 2010

Le projet soumis au Conseil de ce jeudi 29 janvier 2009 était pour Ecolo tout simplement inacceptable. Approuvé lors du Conseil majorité contre opposition, il lie désormais la Commune à un projet de Rocade ter. Ecolo dénonce tout d’abord la manière de faire de la majorité. La population n’a en effet pas été informée de ce projet. La Bourgmestre, qui avait annoncé en décembre qu’une séance d’information se tiendrait « tout début janvier » n’a donc, une fois de plus (une fois de trop ?) pas respecté sa parole.

Sur le fond et contrairement à ce qui est dit et affirmé par la Bourgmestre, cette convention liera la Commune. Les arguments soulevés depuis de nombreuses années par Ecolo et par toute personne sensée restent les mêmes, puisque le projet consiste en une Nième version de rocade.

Il a été dit par la majorité qu’aucun frais ne serait mis à charge de la Commune. Ceci est archifaux. La convention prévoit en effet que les aménagements de la passerelle construite par la SPW à l’emplacement de l’ancien pont de Tilff seront à l’entière charge de la Commune. Le maintien du pont provisoire en cas de retard des travaux pourrait également lui être imputé, et coûte, on le sait, plus de 100 000 euros par an !

Malgré le soulèvement de ces points, qui ont fait douter la majorité, celle-ci a refusé de consulter la population, de reporter le point ou de revoir sa copie. Ecolo-Esneux déplore un tel passage en force, et continuera de se battre pour un projet rassembleur, qui tienne compte de l’avis des citoyens, de la dynamique du village et de ses intérêts écologiques et paysagers.

Pauline Warnotte, conseillère communale.